A+ A-
Votre village à vivre

Retour aux actualités

En route vers Saint-Jacques de Compostelle

Flèche grise orientée vers la gauche  1 sur 2  Flèche verte orientée vers la droite 

- Publié le 24 mai 2011 F. Charnotet -

Rétrospective de la vingt-cinquième étape (Mélide à Santiago de Compostela) et de la journée de détente au cap Finisterre

De Mélide à Santiago de Compostela (ES-15700), parcours de 53 km :
Cette journée a débuté par un départ un peu plus tardif que les autres jours, vers 8H30 ! Nos deux routards ont pris leur petit déjeuner à proximité de l'auberge en compagnie d'une jeune espagnole qu'ils avaient rencontré quelques étapes auparavant. Pour eux petit déjeuner continental, pour elle un petit déjeuner catalan c'est-à-dire du pain aillé accompagné de tomates et de jambon sec.
Après avoir pris l'énergie suffisante, nos deux cyclistes ont pris la route pour les derniers kilomètres les séparant de la fin de leur parcours sous un ciel bleu azur et une température matinale fraiche. Ils ont pris le temps, plus rien ne les pressant. La bonne nuit de repos leur a permis d'avoir une meilleure forme que la veille et ainsi facilité le passage des dures montées de la Galice.
Sur les dix derniers kilomètres, ils ont emprunté le chemin pour les pèlerins marcheurs. Pas triste ! Pendant que Luc prenait des photos, Jean-Hugues a failli se retrouver à plusieurs reprises à terre. Le sol ensablé ne permettait pas toujours le passage aisé des vélos comme le sien : pneus trop étroits pour le type de revêtement.
Dès leur arrivée à Santiago de Compostela, ils ont réservé leur couchage pour deux nuits dans une auberge au style très baba cool. L'après-midi a été consacré à la visite de la Cathédrale de Santiago où ils ont fait une séance photos avec des cyclo-pèlerins. Ensuite, ils ont fait un saut à l'aéroport afin d'essayer de modifier les billets pour rentrer plus tôt : malheureusement, pas de possibilité de retour pour mercredi !

Jean-Hugues et Luc devant le panneau d'entrée de ville Santiago de Compostela

« Et bien voilà, c'est fini ! Quelle belle aventure ! Aucun regrets et prêt à recommencer... » C'est sur ses belles paroles que s'achève le palpitant périple de nos deux Lachellois, Jean-Hugues et Luc.

Une journée détente au bord de la côte à Fisterra (ES-15155)
Ce fut la première journée sans vélo, après 25 jours de route ! Jean-Hugues et Luc nous avouent que cela ne leur a pas manqué ! Surtout Luc qui apprécie de ne plus avoir de douleur au contact de la selle !
Ils sont partis à 9H00 en bus pour Fisterra pour 2H30 de trajet. Pendant le voyage, ils ont rencontré leur ami Jules avec qui ils ont décidé de faire une sortie en vélo vers Pradon le lendemain (parcours d'environ 40 kilomètres).
Ils ont visité la ville, puis se sont dirigés vers le cap Finisterre à pied : 7 km aller-retour, trop facile ! La tradition veut que chaque pèlerin qui arrive au cap Finisterre brûle quelque chose lui appartenant. Comme ils ignoraient cette coutume, ils n'avaient rien à brûler...
Ils ont repris le bus vers Santiago et durant le voyage retour, ils ont piqué un petit roupillon. A l'arrivée, ils ont fait leurs petites emplettes pour le repas du soir.


© 2011 - Tous droits réservés - JH. Renault

Icône avec un cercle vert et une flèche blanche orientée vers le haut Haut de page

Trait gris centré sur la page

- Publié le 22 mai 2011 Mise à jour le 24 mai 2011 F. Charnotet -

Rétrospective de la vingt-deuxième à la vingt-quatrième étape (León à Mélide)

De León à Molinaseca (ES-24413), parcours de 96 km :
Nos deux pèlerins lachellois étaient en forme durant cette étape, à tel point qu'ils ont cumulé les parcours de la vingt-deuxième et vingt-troisième étape initialement prévus. Ce qui signifie qu'ils ont désormais une journée d'avance sur leur programme. Comme cela fait 3 jours qu'ils finissent leurs étapes de bonne heure (fin de matinée ou tout début d'après-midi), ils ont disposé de plus de temps pour se reposer.
Vue de Luc et Jean-Hugues sur leur vélo au col de la Croix de FerIls sont partis de León à 8H15 et sont arrivés à Astorga à 10H30. Trop tôt pour eux ! Ils ont donc décidé de poursuivre au plus loin. Après avoir fait leurs courses pour le repas du midi, ils ont alors enfourché leur monture pour quelques kilomètres en plus. Ils ont gravi le col de la Croix de Fer situé à 1 504 m d'altitude (León se situait à 838 m). Lors des derniers mètres du col, nos deux cyclistes ont été rejoints par un cyclo-pèlerin qu'ils avaient rencontré au gîte la veille au soir.

Vue de Jean-Hugues déposant la pierre de ses péchés au col de la Croix de Fer (Espagne)La légende dit qu'en haut de ce col, il faut déposer une pierre qui représente tous ses péchés. Chacun y a déposé sa pierre. Ironiquement, Jean-Hugues nous confie « Ma pierre ne pesait que quelques grammes ».



Ils ont continué de grimper jusqu'à 1 515 m avant de plonger vers la ville de Ponferrada. Ils se sont arrêtés à Molinaseca, à 6 km de Ponferrada. Ils voulaient conserver un peu de descente pour le lendemain matin.
Ce jour, ils ont fait la rencontre d'un cycliste belge, âgé de 72 ans, avec qui ils ont parcouru quelques kilomètres en se relayant. Le soir, ils se sont retrouvés tous les trois dans le même gîte.
Pour l'anecdote, hier ils étaient dans une abbaye de bénédictines dans laquelle ils ont pu assister à la bénédiction des pèlerins. Jean-Hugues s'y est rendu mais n'a pas tout compris à ce qu'il lui était raconté : pas facile à comprendre l'espagnol !.
Pour la prochaine étape, Jean-Hugues et Luc ont planifié de finir les 6 kilomètres qui les séparent de Ponferrada, de faire l'étape « Ponferrada - Villafranca del Bierzo » et de parcourir une partie de l'étape « Villafranca del Bierzo – Sarria ». Si la montée du col Alto do Poïo (1 337 m) se passe bien, ils envisagent même d'aller jusqu'au terme de l'étape.
Mais demain sera un autre jour !

De Molinaseca à Triacastéla (ES-27630), parcours de 81 km :
Après un copieux petit-déjeuner, ils ont pris le départ à 8H00. Ils ont eu du beau temps dès le début de l'étape mais non pas conclu le parcours qu'ils avaient planifié la veille au soir. Ils ont terminé les 6 kilomètres de l'étape précédente, ont parcouru les 25 kilomètres entre Ponferrada et Villafranca del Bierzo, et continué en direction de Siarra. Mais ils se sont arrêtés à Triacastéla.
Vue de Luc à vélo sur la route vers compostelleAu programme de la journée, il y avait le col Alto do Poïo à 1 337 m d'altitude qu'ils ont franchi sans problème majeur. Sauf que, Luc avait toujours mal à son derrière. Souvenez-vous qu'il avait l'impression d'avoir des aiguilles plantées dans les fesses. Il semblerait qu'il ait trouvé le remède à ses maux. Après le pique-nique, il a décidé de faire un test en superposant deux cuissards. Le test s'avèrerait concluant. A confirmer !
Il leur reste à parcourir environ 25 kilomètres sur cette étape. Ils pensent les étaler sur les deux étapes restantes. Déjà ! Sur les deux derniers jours, ils ont réalisé l'équivalent de quatre étapes. Cela leur permettra sans doute de poursuivre leur aventure jusqu'à Finisterre.

De Triacastéla à Mélide (ES-15800), parcours de 87 km :
Le départ de cette vingt-quatrième étape s'est fait à 8H15 sous un plafond très bas.
Celle-ci a été particulièrement difficile notamment les premiers kilomètres d'ascension. Ensuite, les pentes prononcées, les descentes et les raidillons casse-pattes, ont eu raison de l'organisme de nos deux pèlerins. Leur manque de forme sur cette journée est le résultat des efforts fournis lors des deux dernières étapes. Tout au long du chemin, ils ont été accompagnés par des odeurs d'élevage et d'ensilage : la joie de traverser la campagne !
Petite anecdote du jour : ce matin, lors d'un arrêt à Samos pour retirer de l'argent, il est arrivé une petite mésaventure à Luc. Alors qu'il était entrain de ranger l'argent dans son portefeuille qu'il venait de retirer, nos deux lachellois ont entendu un bip émis par le distributeur. Le temps de réaliser de quoi il s'agissait, la machine avait avalé la carte de Luc. A sa décharge, il n'était pas bien réveillé.
Ils sont très contents d'être arrivés au gîte et demain sera leur ultime étape.


© 2011 - Tous droits réservés - JH. Renault

Icône avec un cercle vert et une flèche blanche orientée vers le haut Haut de page

Trait gris centré sur la page

- Publié le 19 mai 2011 F. Charnotet -

Rétrospective de la vingt-et-unième étape (Sahagún à León)

De Sahagún à León (ES-24001), parcours de 62 km :
« Comme le temps passe vite ! Nous en sommes déjà à notre 21ème étape » nous confient Jean-Hugues et Luc. En effet, il reste environ 270 kilomètres à nos deux lachellois avant de conclure cette belle aventure.
Aujourd'hui, la route les a conduits à León où ils sont arrivés aux alentours de 11H30. Une étape qu'ils nous ont qualifié de facile, compte tenu qu'il n'y avait pas de dénivelés et qu'ils avaient un vent favorable. Le temps était clément et un peu couvert.
Ils se sont dirigés vers l'albergue (auberge) de Peregrinos qui se trouve être aujourd'hui un monastère de bénédictines. La particularité de cet hébergement est que les hommes sont séparés des femmes. On se demande bien pourquoi ??? Après avoir pris possession de leur lit, de s'être douchés, ils sont partis pour une visite des vieux quartiers de León avant d'aller se restaurer. A la fin du repas, la patronne leur a offert une petite liqueur à base de crème et de miel : un très bon remontant après l'effort !
La ville possède une très belle cathédrale riche en vitraux. Les vitraux sont tellement grands qu'ils donnent l'impression de soutenir la voute. Ils ont marché à travers de petites rues étroites avec leurs vieilles demeures et leurs balcons en fer forgé.
Une petite information sur les routes espagnoles : la grande majorité de ces routes possède des accotements larges qui leur permettent de rouler en toute sécurité.
Dès demain, ils retrouveront des reliefs qui vont s'accentuer de plus en plus : au programme de ces derniers jours, le franchissement d'un col à 1 360 m.


© 2011 - Tous droits réservés - JH. Renault

Icône avec un cercle vert et une flèche blanche orientée vers le haut Haut de page

Trait gris centré sur la page

- Publié le 18 mai 2011 F. Charnotet -

Rétrospective des dix-neuvième et vingtième étapes (Burgos à Sahagún)

De Burgos à Frómista (ES-34440), parcours de 80 km :
Cette dix-neuvième étape s'est déroulée sans trop de difficultés sur un parcours ensoleillé. Jean-Hugues et Luc ont pédalé sur des routes situées à une altitude d'environ 900 m sur lesquelles la température y était plus supportable.
Ils sont arrivés à Frómista, petit village qui ne compte rien que 3 églises. Ils ont pris le temps de n'en visiter qu'une seule. A son sommet, ils ont pu admirer 5 nids de cigognes. Mais le plus insolite, ce fut un nid posé sur le contrepoids d'une grue de chantier.

De Frómista à Sahagún (ES-24320), parcours de 62 km :
Jean-Hugues et Luc autour d’une statue en métal représentant Saint JacquesCe matin, nos deux cyclistes lachellois ont enfourché leur vélo dès 7H50. Il faut dire que le petit déjeuner leur a été servi très tôt, entre 6H45 et 7H30. Celui-ci a été marqué par une petite embrouille entre Jean-Hugues et le gérant du gîte qui a refusé de lui servir une tasse de café. C'est bien la première fois sur tout le parcours qu'ils sont tombés sur une personne aussi peu aimable vis-à-vis des pèlerins !
Jean-Hugues et Luc ont parcouru les 62 kilomètres du jour sous un temps mitigé, mi soleil, mi nuages, pas très chaud mais avec un vent favorable.
A leur arrivée à Sahagún, ils ont pris possession de leur couchage. Le gîte est situé dans une ancienne église. Après une bonne douche décontractante et la corvée de la lessive du jour, ils ont consommé un bon repas avant d'aller prendre un repos bien mérité.


© 2011 - Tous droits réservés - JH. Renault

Icône avec un cercle vert et une flèche blanche orientée vers le haut Haut de page

Trait gris centré sur la page

- Publié le 16 mai 2011 Mise à jour le 17 mai 2011 – F. Charnotet -

Rétrospective de la dix-huitième étape (Santo Domingo de la Calzada à Burgos)

De Santo Domingo de la Calzada à Burgos (ES-09001), parcours de 74 km :
Ce matin, nos deux lachellois ont quitté l'hébergement à 8H15. A priori, tous les hébergements municipaux espagnols demandent aux pèlerins de libérer les lieux pour 8 heures ce qui ne pose pas de problème aux marcheurs qui, eux, démarrent de bonne heure.
Après le vélo du facteur, les expériences continuent. Cette fois-ci, Jean-Hugues et Luc ont fait l'essai d'un vélo couché. Cela n'a pas été triste. Luc y est arrivé pratiquement du premier coup, quant à Jean-Hugues, il lui faudra repasser l'examen. Il n'a pas réussi à trouver son équilibre.
Le départ matinal leur a permis de conclure tranquillement cette étape sur Burgos à 12H15. Après le pique-nique du midi, ils ont pris la direction du gîte municipal pour leur hébergement de la nuit. Après avoir fait une petite lessive, nos deux compères sont partis visiter la cathédrale puis les vieux quartiers de Burgos. Ils sont restés pantois devant la beauté de la cathédrale. Ils y ont découvert un trésor d'architecture avec des maîtres-autels, retables, peintures, vitraux et orfèvrerie. Ils en ont eu plein les yeux.

Jean-Hugues et Luc devant le panneau d'entrée de ville Santiago de Compostela

Petit point sur leur condition physique : les jambes sont au top, mais pour les fessiers, c'est une autre histoire. Ceux-ci sont tout endoloris et, en particulier, ceux de Luc. « J'ai l'impression d'avoir des aiguilles dans le derrière ! » nous relate Luc.


© 2011 - Tous droits réservés - JH. Renault

Icône avec un cercle vert et une flèche blanche orientée vers le haut Haut de page

Trait gris centré sur la page

- Publié le 15 mai 2011 F. Charnotet -

Rétrospective de la quatorzième à la dix-septième étape (Hagetmau à Santo Domingo de la Calzada)

De Hagetmau à Ostabat-Asme (64), parcours de 78 km :
Vue de Luc déballant un colis postal avec son casqueC'est sous un temps gris que nos deux pèlerins lachellois ont repris la route en direction d'Ostabat-Asme. Ils ont fait une pause à la poste d'Orthez pour y récupérer un colis contenant le casque et les gants de Luc oubliés au gite de Bénévent l'Abbaye. Jean-Hugues en a profité également pour alléger sa monture en renvoyant quelques fringues dont il ne se servait pas. Gagner du poids est essentiel avant d'attaquer les pentes sinueuses vers l'Espagne.
Ils ont également cherché un marchand de cycles pour éventuellement changer la cassette arrière du vélo à Jean-Hugues. Malheureusement, il n'était pas possible de procéder à une adaptation du matériel. En effet, le vélo était déjà équipé d'un plateau de 22 dents et d'un pignon de 32. Jean-Hugues devra faire avec.
L'étape à Orthez leur a fait faire quelques kilomètres supplémentaires et prendre un peu de retard sur le timing du parcours. Pour le repas du midi, nos deux cyclistes se sont contentés d'un maigre sandwich et d'un double palmier à la confiture de fraise.
Le reste de la journée a été très éprouvante pour Jean-Hugues. En revanche, pour Luc, çà s'est fait les doigts dans le nez ! Jean-Hugues pense que la pizza de la veille et le déjeuner ne lui ont pas apporté les sucres lents suffisants. L'étape comportait beaucoup de bosses combinées à un vent de face.
Une fois à Ostabat-Asme, il n'a pas été facile pour nos deux lachellois de trouver un hébergement. En effet, les quatre voies de Compostelle se rejoignent à cet endroit. Ils ont finalement trouvé une chambre chez des particuliers, tout confort. Une chambre chacun et en plus une machine à laver pour leur petit linge, sans oublier des canapés. Quel bonheur après une journée si éprouvante !

De Ostabat-Asme à Zubiri (ES-31630), parcours de 75 km :
Après avoir saluer leurs hôtes et le petit dernier de 15 mois, a qui l'on apprend déjà le basque, nos deux courageux cyclistes ont repris la route en direction de Zubiri (se prononce Soubili) et du col de Roncevaux qui faisait peur à Jean-Hugues, compte tenu de sa méforme de la veille.
Vue de Jean-Hugues et Luc avec leur compagnon de route MichelLa journée a été ponctuée de plusieurs rencontres. La première fut celle d'un certain Michel que nos deux lachellois ont rejoint dans leur ascension. Ils se sont tapés la discute tout en roulant et ont fini par rejoindre le compère de Michel à l'entrée de Saint-Jean-pied-de-Port. Ils sont repartis cette fois-ci pour les 18 km de montée qui les ont conduits au col de Roncevaux. C'est là qu'ils ont passé la frontière franco-espagnole. « Pas si difficile que ça le col de Roncevaux, en fait ! » nous avoue Jean-Hugues. Vue de Luc en pleine effort dans une montée du chemin de compostelle.Au cours de cette ascension, ils ont rencontré deux soeurs hollandaises âgées de 62 et 65 ans. Puis au col, un couple de slovènes et un groupe de jeunes asiatiques. Et pour finir, une belle vipère qui se dorait la pilule sur le bord de la route.
Depuis Ostabat, ils rencontrent de plus en plus de pèlerins. Ce qui leur pose de ce fait, quelques problèmes d'hébergement, les cyclistes n'étant pas prioritaires. Ils ont du être contraints de prendre un gîte privé pour cette nuitée car il n'y avait plus de places dans le gîte municipal.

De Zubiri à Lizarra/Estella (ES-31630), parcours de 90 km :
Cette deuxième étape en Espagne n'a pas été si facile que cela.
Le réveil a été plus matinal qu'à l'accoutumée. En effet, dès 6 heures, les pèlerins randonneurs se sont levés et préparés pour leur étape du jour. Comme le petit déjeuner était servi entre 7 et 8 heures et que tous les pèlerins devaient avoir quitté l'hébergement avant 9 heures, Jean-Hugues et Luc n'ont pas eu le temps de profiter plus longtemps de leur lit.
Vue de Jean-Hugues en poncho sous la pluie sur le chemin de CompostelleLe départ de nos deux lachellois s'est fait dès 8h sans pluie bien qu'un gros orage avec des trombes d'eau se soit abattu à l'aube. C'était la première fois qu'ils prennait la route de si tôt.
Ils ont parcouru relativement vite les 21 km qui les séparaient de Pampelune. Mais 5 km avant d’arriver sur la ville, ils se sont faits rattraper par la pluie. Un bref arrêt, le temps de mettre les ponchos et c’était reparti jusqu'au centre ville. Ils ont passé 3 heures à découvrir la beauté de la ville et de sa cathédrale, ce qui leur a permis d'éviter les quelques averses matinales.
Ils se sont égarés plusieurs fois avant de retrouver le camino (chemin en espagnol) vers Estella. Encore un parcours comportant énormément de bosses, accompagné de pluie et d’un vent violent handicapant nos deux cyclistes. Après avoir gravi un col à 8%, Ils ont pu découvrir une belle descente de presque 3 km qui leur a permis de battre leur record de vitesse avec les vélos chargés : 62.3km/h !
Au terme de l'étape et après avoir bataillé contre le vent, il leur a fallu chercher un toit, les deux hébergements, paroissial et municipal, étant complets. L’office du tourisme a assisté Jean-Hugues et Luc dans leur recherche. Finalement, ils ont fini par trouver leur couchage dans un camping : petit bungalow avec deux lits.
Initialement prévue à 69 km, cette étape s'est terminée par 90km. « Et dire que l'étape de demain en comporte 93km !!!! » s’exclame Jean-Hugues.
La ville de Lizarra / Estella était en fête pour la finale de l'Europa Ligue de handball contre une équipe norvégienne. C'est certainement la raison pour laquelle ils n'ont pas pu trouver de couchage.

De Lizarra / Estella à Santo Domingo de la Calzada (ES-26250), parcours de 98 km :
Cette journée a commencé par un froid de canard si bien que nos deux cyclistes ont dû se couvrir chaudement pour démarrer. Le temps a été une nouvelle fois nuageux, froid et très venteux. Cette étape de 93 km sur le papier qu’ils redoutaient tant compte tenu de la distance, s'est déroulée normalement. A l'arrivée, leur compteur indiquait 98 km : nouvelle petite erreur de navigation. Lorsque Jean-Hugues et Luc sont entrés dans Logrono, ils se sont retrouvés sur une autavia (autoroute) : panique à bord et sortie dès la première bretelle. Nos deux lachellois ont perdu leurs repères et ne savaient plus très bien où ils en étaient. Luc a interpellé un cycliste qui les a emmenés a travers la ville pour les remettre sur le bon chemin. Problème de compréhension de la langue ? Le cycliste leur a indiqué un itinéraire erroné et, après quelques kilomètres, ils se sont aperçus qu’ils n’étaient toujours pas sur la bonne route. Après avoir fait demi-tour, ils en ont profité pour faire quelques courses pour le repas du midi. Enfin, ils retrouvent le Camino de Santiago sur lequel ils rencontrent de nombreux pèlerins et des gens en promenade dominicale.
Après la pause déjeunée, ils reprennent leur parcours et en cours de route, ils ont pu observer deux nids de cigognes ainsi qu’un vol de 4 volatiles au dessus de leur tête.
A l'arrivée à Santo Domingo de la Calzada, ils ont décidé de se rendre dans une abbaye cistercienne pour le couchage mais, malheureusement, il n’y avait plus de place. Ils ont réussi tout de même à trouver un gîte qui comprenait 210 lits. La particularité de ce gîte est que chacun est libre de donner le montant qu’il souhaite pour la nuitée.


© 2011 - Tous droits réservés - JH. Renault

Icône avec un cercle vert et une flèche blanche orientée vers le haut Haut de page

Flèche grise orientée vers la gauche  1 sur 2  Flèche verte orientée vers la droite

Icone Contact

Nous contacter

Mairie de Lachelle
2 Grande rue
60190 Lachelle

Téléphone : 03 44 42 41 17
Télécopie : 03 44 90 19 22

Nous contacter par mail